Actualités Fiche métier : animateur 2D et animateur 3D

Fiche métier : animateur 2D et animateur 3D

Le métier d’animateur est diversifié, souvent dans les secteurs du jeu vidéo ou du cinéma d’animation

Fiche métier : animateur 2D 3D

L’animateur 2D ou 3D a pour mission de réaliser des séquences d’animation qui peuvent être des courts-métrages, des longs-métrages, des jingles, ou n’importe quel élément animé dans d’autres secteurs : reportages d’entreprise, documentaires scientifiques, jeux vidéos…

Si le domaine de prédilection de l’animateur 2D 3D est celui du cinéma, il n’en reste pas moins que de nombreux secteurs d’activité y ont recours de façon régulière ou permanente. Les animateurs de jeux vidéos sont un bon exemple de cette situation. Mais on en retrouve aussi dans les documentaires scientifiques et pédagogiques, et bien sûr dans la communication d’entreprise.

Que doit savoir faire un animateur 2D 3D ?

Les compétences de base d’un animateur sont liés à 3 domaines :

  • la culture générale et la compréhension de la demande
  • des qualités de dessin en 2D et 3D
  • des compétences techniques en particulier sur des logiciels dédiés
  • être capable de travailler rapidement, dans des délais serrés

L’animateur est un créateur de produit culturel. Même s’il travaille dans un autre secteur que le cinéma ou le jeu, il s’agit bien d’une création, même si elle n’a pas le but de divertir. Dans tous les cas, il est important que l’animateur soit en mesure de bien comprendre ce qui lui est démandé, et les enjeux liés à sa future animation. Son travail créatif doit être conforme à l’image souhaitée : en cela un gros travail de compréhension, de communication et de recherche est important. L’animateur doit être capable de se remettre en cause, de corriger son approche, et d’améliorer son travail en fonction des retours qui lui sont fait. Il aura parfois une liberté de création plus grande lorsqu’il sera appelé pour de nouveaux projets : il y a alors une part de recherche qui laisse beaucoup de liberté. Mais ce n’est pas nécessairement l’essentiel du travail qui vise à réaliser des animations abouties dont le niveau de détail représente souvent l’essentiel du temps de production.
 
L’animateur doit donc parfaitement maitriser tous les éléments qui permettent de mettre en place l’animation : storyboard, concept art, compréhension de cahier des charges et chartes graphiques. En cela, la première partie du travail est un travail non animé, plus proche de celui d’illustrateur. Il doit parfaitement maitriser différents style de dessins et de colorisation pour les adapter à la demande et à l’équipe avec laquelle il travaille. Bien sûr, selon la taille du projet sur lequel il va travailler, cette partie du travail sera plus ou moins importante. Sur les gros projets, cela aura majoritairement été fait par un directeur artistique, voire un concept artist, et l’animateur aura un rôle d’exécutant plus marqué.
 
Enfin, ce qui fera qu’un animateur en est un, c’est sa capacité à aller au-delà de l’illustration. Partant du storyboard, il devra être capable d’animer des éléments graphiques réalistes (personnages, volumes, architectures, nature…) ou abstrait (en particulier en motion design, ou VJing). Il peut travailler en mode traditionnel uniquement, mais maintenant studio ont leur phase finale en numérique, par exemple avec Blender. L’animateur doit donc aussi être capable de modéliser, texturer, bien sûr. Il doit être en mesure de restituer un univers cohérent dans la modélisation, le texturing et l’éclairage. Il devra maitriser les techniques de rendu et savoir réaliser des tâches de post-production, d’effets spéciaux et de montage mais aussi savoir travailler en prévision du rendu final, sans l’avoir effectivement.

Quelle formation animation ?

Les formations en animation sont nombreuses. Elles reposent en général sur une première période de dessin 2D traditionnel qui permet d’acquérir les réflexes de dessin pour la recherche d’idée. Activdesign, en revanche, commence très tôt le dessin numérique et l’utilisation de logiciel d’illustration.
Après cette période initiale, les logiciels seront au cœur du travail avec beaucoup de pratique sur des projets d’animation 2D ou 3D. Il ne faut pas se mentir : la pratique et l’apprentissage sont longs car le niveau d’exigence est assez élevé. La réalité de la production sur le terrain est de produire un épisode complet de dessin-animé pour la diffusion télé en 2 semaines, ce qui fait environ 2 minutes d’animation à produire par jour, temps de scénarisation et de rendu inclus. L’efficacité et la rapidité d’exécution sont tout aussi importante que le savoir faire.
Les formations en animation 3D abordent aussi souvent les divers aspects de la production filmique : scénarisation, storyboarding, character design, cadrage et lumières, pour bien comprendre la chaine de production. L’élément nouveau étant le besoin de technical director, l’accent est aussi peu à peu mis sur la programmation qui permet une optimisation du flux de production et la création de nouveaux effets graphiques.

Quelle durée pour les formations animations ?

Les formation en animation sont en général des formations sur 3 ou 5 ans. C’est un métier dans lequel la proposition de main d’œuvre est forte et donc la concurrence à l’embauche est grande. Les personnes qui s’engagent sur des formations plus courtes (type CPF de 150 heures) doivent être conscientes du manque d’expérience et d’efficacité qu’elles auront et qu’elles devront justifier, difficilement.

Entre la culture artistique, le dessin, les techniques d’animation, le logiciel, la quantité d’élément à incorporer s’avère assez importante. Lorsqu’on y rajoute les critères de qualité et de rapidité d’exécution, on comprendra qu’il faut beaucoup de temps pour arriver à une efficacité de niveau professionnel. Mais ce sont des métiers attirants et qui laissent une certaine liberté tout en permettant le développement d’une passion.

Quels débouchés en animation 3D ?

Bien heureusement, il n’y a pas que le cinéma ou le jeu qui embauchent des animateurs. Le web, le marketing, le monde pédagogique en sont très friands même si ce n’est pas à eux qu’on pense en premier du fait que leur produits ne sont pas au cœur de l’actualité médiatique culturelle. Il appartient donc à chacun de trouver des portes d’entrée dans les divers milieux, et celles-ci peuvent être variées, avec de bonnes opportunités.
Évidemment, quel que soit le domaine un animateur anime. Mais de nombreux métiers dérivés peuvent être au rendez-vous : modeleur 3D, illustrateur, graphiste 2D, graphiste 3D, graphiste multimédia, réalisateur 3D. Ces différents métiers pourront aussi contenir des parts d’animation plus ou moins importantes selon les entreprises ou les projets.

L’AFCA, association française du cinéma d’animation, et qui est l’organisatrice du Festival français d’animation, peut être une source d’information. Activdesign travaille en partenariat avec l’AFCA sur le festival.

Further reading

le 5 juillet 2020 dans Fiche métier,